Julien Navarro

En 2014 le circuit national de trail Salomon a pris encore davantage d’altitude et de dénivelé pour devenir le Salomon Skyrunner France Series. Jean-Michel Faure-Vincent, son créateur et concepteur, répond à quatre questions.

Quel est ton bilan ?

C’était une première, en changeant les règles et les profils de course et un succès en matière de sport, de participation, d’émotions et de reconnaissance du skyrunning en France. Pratiquement l’ensemble des coureurs français ont répondu présents et ont participé à une ou plusieurs manches ; c’est un grand plaisir pour nous. Par ce circuit, je pense que nous avons répondu, avec les organisateurs passionnés des cinq étapes, aux envies des coureurs. Nous leur avons proposé de beaux parcours dans des montagnes splendides, des organisations sans faille, avec toujours le même moteur : celui de la passion et du partage.

Les plus et moins ?

Les plus sont les sourires et échanges sur l’ensemble des cinq courses et la cohabitation réussie entre coureurs de tous niveaux. Le moins reste le manque de beau temps, mais c’est un sport de montagne, il nous faut donc faire avec. Heureusement le soleil de Serre Chevalier est venu corrigé tout cela.

Tes bons souvenirs ?

Personnellement beaucoup de bon moments liés souvent à des rencontres comme celle récemment avec Martine Raymond, la bénévole le plus passionnée et dévouée aux participants que je connaisse. Côté sportif cela restera sûrement la course du Marathon du Mont-Blanc à Chamonix, support des mondiaux de skyrunning et son podium de rêve : Kilian, Michel et Tom.
Ton regard sur les trois vainqueurs 2014 ?

Nous avons la chance d’avoir trois beaux vainqueurs avec des profils, expériences et qualités différents. Julien Navarro, c’est la fougue. Il confirme enfin son grand potentiel, capable de gagner le 80 km du GRP, ou d’être présent sur des marathons. Matthias Mouchart, c’est l’envie, l’espoir qui monte, un garçon simple, sérieux sans se prendre au sérieux, et rempli de talent. Virginie Govignon, c’est l’expérience, la passion, la joie de vivre et l’envie de partager. Certainement la fille la plus polyvalente en montagne.

Virginie Govignon a Serre Chevalier

Virginie Govignon : le trail correspond à mes attentes

Virginie Govignon, team Race Land-Nutratlétic, est née le 28 novembre 1978 à Cosne-sur-Loire, Bourgogne. Professeur agrégé de SVT, elle a vécu 9 ans à Brest et réside en Andorre depuis 2 ans.
Virginie a découvert en compétition la course à pied en 2005 à Brest, sur un cross militaire après avoir pratiqué le basketball, l’équitation, l’aviron et les arts martiaux.

« Mon arrivée dans le trail s’est faite tout naturellement. Mes bonnes aptitudes en course à pied, le goût pour la biologie et la compétition, l’envie de mieux connaître et repousser mes limites, m’ont donné envie de me tester. C’est un sport qui correspond à mes attentes : la découverte, l’évasion en pleine nature. Je peux être compétitive sans trop d’obligations matérielles : une paire de chaussures et un short c’est moins difficile à entretenir qu’un cheval… et comme j’ai beaucoup bougé pour le job, à la différence d’un sport collectif, je n’ai de compte à rendre à personne. »
Dans le riche palmarès de Virginie on peut citer en 2011 la CCC®, le trail Drôme ou encore l’Ultra-Technitrail de Tiranges.

« Ma victoire au Salomon Skyrunner France Series 2014 vient couronner quelques autres dans l’année, dont cette dernière sur le 27 km du Serre Che Trail Salomon partagée avec Maud Gobert. Avec ma place de 3ème française du 42 km du championnat du monde de SkyRunning, je suis plus que satisfaite de tout le travail réalisé. C’est que j’ai été souvent impatiente ce début d’année. Les bonnes sensations et l’efficacité ont mis du temps à venir et rien n’est acquis ! D’ailleurs mon coach a eu la phrase juste lors d’un entraînement cet été : « Il ne faut pas confondre ambition et amour propre » Il faut accepter ne pas être au top à un moment clé et faire avec, oublier parfois les chiffres et se focaliser sur l’essence même du sport qui est le plaisir de courir ! »

Après les deux années blanches qui ont suivi sa victoire à la CCC®, Virginie, a repris les bases et s’est habituée à pratiquer la montagne à plein temps.

« Parfois j’en avais marre de monter, je voulais du plat pour dérouler. L’Andorre est technique !… Aujourd’hui ça me permet de négliger bien des obstacles sur les sentiers ! J’aime désormais autant faire du dénivelé en montagne que les successions de montées séparées par des portions roulantes rapides du Causse. Une petite séance de piste peut aussi me satisfaire. Maintenant que j’ai retrouvé mon caractère joueur, ma précision de pied et mes qualités de descendeuse, et que mon inconscient ne fait plus barrière, je vais pouvoir travailler mes points faibles ! »

Autre atout pour Virginie : vivre en Andorre.

« C’est un cadre idéal pour le trail… lorsque la neige a fondu ! L’Andorre est réputée pour sa verticalité, la technicité de ses sentiers et celle du pied chez ses trailers qu’il est bon d’imiter tout en découvrant la grande richesse de sentiers naturels du pays et de jolis circuits d’entraînements ! La capitale dispose d’une piste d’athlétisme située à 1000 m d’altitude et à côté du lycée ! Je la pratique beaucoup en hiver quand les sentiers sont difficilement accessibles mais aussi parce qu’il ne faut pas faire de séances de qualité trop haut en altitude. Ne skiant pas, l’hiver je fixe les crampons pour profiter des montagnes. L’Andorre propose quelques compétitions dont le réputé Andorre Ultra Trail Vallnord. »

Julien Navarro, amoureux de la montagne

Julien Navarro, team New Balance, est né le 19 septembre 1988 à Toulon. Vendeur chez Décathlon, il s’occupe de la réception de l’ensemble des produits du magasin et conseille les clients au rayon trail running.
Julien a débuté en trail en 2009 après avoir pratiqué le cyclisme sur route et un peu le triathlon. Très polyvalent, il court sur des distances allant du Km vertical à l’ultra et affectionne les profils montagneux à fort dénivelé.

«  Je suis plutôt à l’aise quand la pente s’élève et le pourcentage augmente et reste très perfectible dans mon potentiel athlétique, vitesse et descente. J’en ai encore eu la preuve à Zegama où je n’ai pas arrêté de me faire doubler dans les descentes techniques. »

En 2014 Julien a énormément progressé dans sa gestion de la course. Il commence à bien se connaître et n’hésite plus à laisser partir ses adversaires lors de la première heure et à se caler uniquement sur ses sensations. Seul bémol, il n’a toujours pas d’entraîneur et construit lui même ses séances de préparation.

«  Ma forme actuelle et mes sensations sont bonnes et pour le moment le corps répond bien. J’essaye d’être un maximum à son écoute et n’hésite pas à lever le pied au moindre signe de fatigue. J’ai pas mal de courses au compteur cette année. Certains diront que ça fait trop et ils ont très certainement raison. L’an prochain j’essaierai de mieux fixer mes objectifs et de moins courir à droite à gauche. J’ai toujours envie de prendre du plaisir sur les sentiers en montagne mais aussi de durer et progresser le plus longtemps possible. Pour cela il faut que je me calme un peu sur mon nombre de courses. »

En 2014, Julien a gagné le 12 km trail blanc Serre Chevalier, 30 km trail de Bormes-les-Mimosas, 12 km trail de Mirmande, 12 km montée du Faron, 15 km Tour du lac de Carcès, 21,1 km challenge Charles et Alice, 30 km Aurélien Trail, 72 km Ultra Champsaur, 50 km Traversée des Mélèzes du Mercantour, 80 km Grand raid des Pyrénées. Il a terminé 2ème du 42 km Trail Ubaye Salomon, 4ème 46 km Trail du Ventoux, 5ème France de Km vertical, 3ème 48 km Serre Che Trail Salomon.

« Le Salomon Skyrunner France Series faisait partie de mes objectifs majeurs cette année. J’ai été régulier sur trois manches ce qui est une bonne chose. Cette victoire me permet de valider ma saison 2014. »

Julien habite dans le Var, deuxième département le plus boisé de France. Un lieu idéal pour la pratique toute l’année de la course à pied, vélo, kayak, plongée…

« Mes spots trail nature favoris sont le tour de la presqu’ile de Giens, l’hiver quand les sentiers sont dégagés et le massif de la Colle Noire au Pradet. Quand je veux faire du dénivelé, je grimpe le Faron, le Coudon ou encore le Mont Caume. Depuis quelques années je tombe en amour pour la montagne et le Var ne me suffit plus pour me faire plaisir. La montagne me procure quelque chose de différent, des nouvelles sensations, une bouffée d’oxygène. Elle permet de m’évader loin de la civilisation et d’être au plus proche de la nature. Cet été j’ai passé pas mal de temps à plus de 2000 m dans le Mercantour et les Alpes du Sud et le manque se fait déjà ressentir, j’ai envie d’y retourner ! »

Matthias Mouchart la montagne pour terrain de jeu.

Matthias Mouchart, Stade Laurentin Athlétisme, né le 5 mai 1992, est titulaire d’un BTS en informatique et d’une licence AES. Il travaille actuellement à la Poste en attendant de passer des concours. Parmi ceux qui l’intéressent, celui de la gendarmerie pour ensuite essayer d’intégrer le PGHM.

Deuxième espoir sur le 42 km des Skyrunning World Championships 2014 et championnat de France de trail court 2013, il a terminé cette année au scratch 3ème du trail Ubaye Salomon, 5ème de l’Altispeed et du 27 km du Serre Che Trail Salomon et remporté le Salomon Skyrunner France Series dans la catégorie espoir.

« Je suis super content, c’était le gros objectif de ma saison, avec le championnat de France qui approche fin septembre. A l’heure actuelle je qualifierai déjà ma saison de réussie. Si en début d’année on m’avait parlé de faire de tels résultats, j’aurais signé tout de suite ! »

Après avoir pratiqué le cyclisme sur route, la natation et l’athlétisme, Matthias les a réuni dans le triathlon.

«  Dans ce sport, j’ai apprécié la diversité des efforts et le fait que l’on doive souvent se remettre en question dans chacune des trois disciplines. Côté résultat, j’ai obtenu de nombreux titres de champion régional et des places dans le top 15 sur les championnats de France duathlon ou triathlon. »

Attiré par la montagne, Matthias en 2013 a eu envie de changer de sport et s’est naturellement tourné vers le trail.

« Il m’offre le plaisir de courir en toute liberté. J’adore aussi me confronter aux autres, mais en profitant un maximum de la chance de pouvoir évoluer dans un milieu naturel. Je suis totalement épanoui grâce au trail. »

Actuellement, tout en rêvant à de longues distances, il préfère celle marathon et les profils montagneux avec de vrais cols ou sommets à franchir.

« J’adore les terrains boueux et glissants, ils rendent la course plus difficile et ne laissent aucun temps de répit car il faut être extrêmement concentré, surtout en descente. »

Matthias est un trailer polyvalent et bon descendeur. Il manque encore d’expérience et sa marge de progression au niveau technique, gestion des entraînement et de la course est importante. Son gros point fort reste son moral.

« Il ne me fait jamais défaut et m’a souvent permis d’aller chercher des résultats inespérés au départ. »

Autre atout, Matthias habite à Gap et bénéficie d’un environnement privilégié.

« C’est un endroit entouré de montagnes et où le soleil est présent plus de 300 jours par an. Pour la pratique du trail c’est le top. La montagne de Charance, de par sa proximité de Gap, est celle où je m’entraîne le plus souvent, avec des séances de seuil autour du lac et grimpette par le Cuchon lors des sorties plus longues. Je rejoins ensuite, en passant par les crêtes, le Pic de Gleize. Un très grand terrain de jeu bien sympa et rocailleux avec une vue magnifique à 360°, qui accueille chaque année la Gapen’cimes. L’hiver j’arpente beaucoup les pistes du Golf Gap-Bayard en ski de fond, afin de profiter de la montagne autrement. On a aussi la chance d’avoir une piste d’athlétisme, pour entretenir la vitesse il faut passer par là ! »

Les podiums 2014 Salomon Skyrunner France Series

Dames

  1. Virginie Govignon, team Race Land-Nutratlétic, 3290 pts.
  2. Sandrine Motto-Ros, team Tecnica / 42km195 Annecy, 2710 pts.
  3. Maud Gobert, team Adidas, 2200 pts.

Hommes

  1.  Julien Navarro, team New Balance, 3480 pts.
  2. Guillaume Beauxis, team Salomon espoirs, 2740 pts.
  3. Léo Béchet, La Sportiva/ Altitude Sport Outdoor, 2730 pts.

Espoirs

  1. Matthias Mouchart, Stade Laurentin Athlétisme, 3900 pts.
  2. Clément Barret, team Race Land espoir, 3430 pts.
  3. Thomas Michallet, Montchaboud, 3100 pts.

Crédit photos Paul Vilcot www.photos-polo.com et Robert Goin.

Contacts http://www.skyrunnerfranceseries.com/

Comments Pas de commentaire »

Serre-Che-trail-Salomon-2014-Caroline-Chaverot-550

Mission accomplie pour Michel Lanne, Olivier Gaucher, Rodolphe Godin et toute leur équipe. Ce dimanche 14 septembre au Monêtier-les-Bains sur le 27 et 48 km du Serre Che Trail Salomon, ils ont vu les parcours, leur accueil et organisation, appréciés par les 758 trailers venus participer à cet événement heureux : la naissance d’un nouveau trail.

Signe particulier : au lieu d’être 4 à inscrire leur nom au classement scratch dames et hommes ils ont été finalement 6, puisque Virginie Govignon et Maud Gobert ont franchi ensemble la ligne d’arrivée du 27 km et Thibaut Baronian et Fabien Nabias les ont imité sur le 48 km. Cerise sur le gâteau, le soleil a généreusement éclairé un environnement somptueux.

Résultats Serre Che Trail Salomon

Le 23 km dames a été dominé par Maud Gobert, team Adidas et Virginie Govignon, Race Land-Nutratlétic, qui ont alterné au fil des kilomètres la première place. Ensemble à 3 km de l’arrivée elles ont décidé de ne pas s’attaquer . « On est copine, précisent-elles, partager une victoire est un moment d’intense plaisir. » Aline Grimaud, Champsaur Nature/Skinfit, complète le podium.

Andreu Prost, Pyrénées Catalanes Ski Alpinisme a remporté le 23 km. Ne pointant qu’en 6ème position à la sortie de la forêt, il était déjà 2ème au col de Roche Noire avant de prendre la tête dans la descente entre le col de Buffère et l’arrivée. « J’ai aimé la technicité du tracé, son dénivelé, ses cailloux par endroits, un trail comme dans les Pyrénées ! » Grégory Gex, trailers des Aravis et Christophe Malardé, Fartleck, se classent deuxième et troisième. Matthias Mouchart, Stade Laurentin Athlétisme, termine 1er espoir et 5ème au scratch. « Au départ, j’espérais remporter ma catégorie et être dans le top 10. Après le ravitaillement du Pont de la Souchère, j’ai eu un peu de mal sur la montée du col mais j’ai pu gérer correctement la descente vers Monêtier-les Bains. »

Caroline Chaverot, team Hoka OneOne et XBionic, a toujours été à l’avant du 48 km dames et a creusé progressivement de gros écarts avec ses poursuivantes.. « Je ne suis pas encore au top de ma forme après une anémie et maladie de Lyme en août et cette victoire me fait du bien. J’aime ce type de parcours et de paysages. » Manikala Rai, CABB et Noémie Grandjean Maxi Race, sont deuxième et troisième.

Thibaut Baronian, team Salomon France et Fabien Nabias Esclops d’Azun, ont couru ensemble et devant jusqu’au 2ème ravitaillement au col du Granon. Thibaut a pris ensuite la première place jusqu’à un kilomètre de l’arrivée avant d’être rejoint par Fabien. « Avec Fabien, précise Thibaut, on s’apprécie beaucoup et on n’a pas eu envie de sprinter. C’est sympa d’être ensemble sur la plus haute marche. En prime je me suis régalé sur le tracé.» Fabien n’a pas boudé non plus sa joie. « Cette saison j’ai passé un cap. j’ai beaucoup apprécié de découvrir le trail version Hautes-Alpes, mais je n’osais imaginer que cela puisse être à travers une victoire. »

Julien Navarro team New Balance, se classe 3ème. “Au réveil j’étais malade et j’ai subi la course, même si ses conditions étaient superbes. Dans ces circonstances, monter sur le podium me satisfait pleinement. J’ai souvent pensé au classement du Challenge Salomon Skyrunner France Series 2014 et je n’ai pris aucun risque dans la descente. »

Virginie Govignon, Julien Navarro et Matthias Mouchart, espoir, gagnent le Challenge Salomon Skyrunner France Series 2014 et Sandrine Motto-Ros, Guillaume Beauxis et Clément Barret, espoir, prennent la deuxième place.

27 km

Dames
1 ex aequo Maud Gobert, team Adidas et Virginie Govignon Race Land-Nutratlétic, 03:06:54. 3 Aline Grimaud, Champsaur Nature/Skinfit, 03:15:42. 4 Sandrine Motto-Ros, team Tecnica/42km195 Annecy, 03:16:56. 5 Karen Courcelle, VTT Garlaban, 03:19:06.

Hommes
1 Andreu Prost, Pyrénées Catalanes Ski Alpinisme, 02:30:23. 2 Grégory Gex, trailers des Aravis, 02:31:58. 3 Christophe Malardé, Fartleck, 02:32:03. 4 Sacha Devillaz, team Salomon Espoir, 02:36:22. 5 Matthias Mouchart, Stade Laurentin Athlétisme, 02:40:31.

48 km

Dames
1 Caroline Chaverot team Hoka OneOne et XBionic, 06:55:47. 2 Manikala Rai, CABB, 07:30:43. 3 Noémie Grandjean Maxi Race, 07:33:44. 4 Marielle Assel, team Sportimium 05, 07:40:27. 5 Juliette Blanchet, team Trail Isostar, 07:56:44
Hommes
1 ex aequo Thibaut Baronian, team Salomon France, et Fabien Nabias Esclops d’Azun, 06:01:40. 3 Julien Navarro team New Balance, 06:12:22. 4 Michel Rabat, team La Sportiva, 06:21:51. 5 Léo Bechet, La Sportiva/Altitude Sport Outdoor, 06:22:05.

Crédit photos Robert Goin.

Contacts http://www.trail-serre-chevalier.com/ et http://www.skyrunnerfranceseries.com/

Comments Un commentaire »

Grand Raid des Pyrénées

Le Grand Raid des Pyrénées magistralement organisé par l’association Majuschule, s’est déroulé du 22 au 24 août autour de Majuschule, dans les Hautes-Pyrénées. Trois ultra trails se sont succédés et ont rassemblé 2500 trailers. L’un de 80 km, 5000 m dénivelé positif, les autres de 120 km, 7000 m dénivelé positif et 160 km, 10000 m dénivelé positif. Le 80 km tenait lieu de quatrième étape dames, hommes et espoirs, du circuit Salomon Skyrunner France Series 2014. A la pluie de vendredi après-midi et de la nuit qui a rendu les terrains boueux, a succédé samedi et dimanche une météo beaucoup plus agréable.

Le 80 km dame a vu la victoire de Juliette Blanchet, team trail Isostar, devant Sandrine Prissé, Esclops d’Azun et Christine Bénard. Juliette troisième après une première section roulante a définitivement pris le large vers le 25 km.

« Au-delà d’une victoire qui fait toujours plaisir, je suis satisfaite de mon chrono inférieur d’environ une heure de mon objectif initial, mais également d’avoir pu effectuer une course régulière avec en permanence de bonnes jambes et sensations. Je n’avais jamais disputé de trail dans les Pyrénées et j’ai beaucoup apprécié le secteur avec les lacs et la vue sur le Pic du Midi. »

Sur la même distance domination de Julien Navarro et Mikaël Pasero, trailers du team New Balance. Guillaume Beauxis, team Salomon espoir, complète le podium. Un podium qui était déjà le même dès le premier point de contrôle. Julien a alterné la position de leader avec Mikaël avant de le distancer. Guillaume après avoir réussi à garder le contact avec ces deux trailers a vu son retard nettement augmenter suite à une baisse nette de forme entre le 50 et 65 km.

« Mikaël est parti seul en tête vers le 20ème km, déclare Julien Navarro. Je l’ai rattrapé puis distancé au 52ème km. Je suis super heureux de cette victoire. Elle me motive pour m’engager sur le 48 km du Serre Che Trail Salomon afin d’essayer de bien figurer au classement final du Salomon Skyrunner France Series. »

En tête de la catégorie espoir pendant 70 km, Clément Barret, team Race Land espoir, a connu un coup de moins bien ensuite et termine deuxième espoir derrière Jean-Alexandre Lepley.

Dimanche 14 septembre Serre Chevalier va accueillir la première édition du Serre Che Trail Salomon, dernière étape du Challenge Salomon Skyrunner France Series 2014. Le 48 km est comptabilisé pour le classement homme et le 27 km pour le classement femme et espoir.

Rien n’est encore joué sur les podiums dames et hommes. Virginie Govignon actuelle leader sera au départ et parmi ses dauphines Juliette Blanchet et Anne-Lise Rousset sont encore incertaines. Guillaume Beauxis premier du classement général provisoire aura parmi ses plus redoutable adversaires, Julien Navarro qui réalise une grosse saison.

Dans la catégorie espoirs Mathias Mouchart est assuré de gagner mais pas obligatoirement seul. Clément Barret, peut encore terminer 1er ex aequo à une double condition : remporter la dernière étape et que Matthias ne finisse pas dans les cinq premiers.

Tous les podiums du GRP

80 km

Dames

  1. Juliette Blanchet, team trail Isostar, 11:59:40.
  2. Sandrine Prissé, Esclops d’Azun, 12:34:59.
  3. Christine Bénard, La Réunion, 12:37:45.

Hommes

  1. Julien Navarro, team New-Balance, 9:24:08.
  2. MikaëlPasero, team New Balance, 9:31:58
  3. Guillaume Beauxis, team Salomon espoir, 9:57:25.

120 km

Dames

  1. Véronique Douat, UA Lourdes, 22:42:44.
  2. Camille Batisse, 25:14:31.
  3. Caroline Senzier, CCS Sagem/Kikourou, 26:05:19

Hommes

  1. Sébastien Buffard, team New Balance, 17:22:55.
  2. Jocelyn Martin, team Sport Plus, 18:04:31.
  3. Matthieu Bourguignon, team Outdoor Paris-Lafuma, 19:11:16.

160 km

Dames

  1. Véronique Chastel, team Hoka, 30:40:03.
  2. Sylvie Mathis, APA Jogging Saint Sever/team Intersport-Overstim’s, 37:42:59.
  3. Christine Heimer, 37:51:33.

Hommes

  1. Patrick Bohard, Les Saisies Phytoquant, 25:03:25.
  2. Imanol Aleson Orbegozo, Urruti Sport, 26:06:17.
  3. Bruno Silva, Amigos da Montanha, 26:40:04.

Crédit photos : Paul Vilcot www.photos-polo.com

http://www.grandraidpyrenees.com

http://www.skyrunnerfranceseries.com

Comments Un commentaire »

Grand Raid Pyrénées 2014

7ème édition du Grand Raid des Pyrénées ce week-end. Au programme trois ultra trails : le Grand, 80 km, 5000 m dénivelé positif, le Tour des Cirques, 120 km, 7000 m dénivelé positif et l’Ultra, 160 km et 10000 m dénivelé positif. Le 80 km compte pour quatrième étape dames, hommes et espoirs, du circuit Salomon Skyrunner France Series 2014.

Outre un somptueux environnement montagneux et des parcours parfaitement adaptés à l’ultra, le GRP réunit plein d’ingrédients qui expliquent son énorme succès et notoriété et en font un des grands rendez-vous de l’ultra.

« Parmi eux, déclare Simon Accarier président de l’association Majuschule organisatrice du GRP, je peux citer l’énorme plaisir, sincérité et désir de partager, de toute une équipe. Un tout petit peu de folie aussi, surtout à nos débuts où nous avons tout découvert. Nous sommes en permanence portés par l’envie de rassembler une grande famille, celle des trailers, autour des valeurs de nature, d’échange, de respect. Des choses simples et authentiques, où tout le monde cherche à faire de son mieux, tout en respectant les autres. »

Les inscriptions du GRP 2014 se sont faites, début janvier, par tirage au sort en raison d’une demande supérieure aux nombres de places disponibles. Fin janvier, les 1150 places du 80 km et les 500 places du 120 km étaient bouclées. Le 160 km, rassemble presque 900 inscrits et toutes les inscriptions sont closes. Au total, 2500 trailers ont réussi à décrocher un dossard.

Les gênes des membres de l’organisation et de l’association qui les réunit sont le long, le très long. Ils sont tous passionnés par les courses en montagne où après plusieurs heures d’effort, le trailer commence à douter, à se poser des questions et chercher les ressources cachées en lui pour continuer et aller jusqu’au bout. Après plusieurs éditions où ils ont rodé un 80 et 160 km, ils ont proposé en 2012 et 2013 un 240 km en équipe sur 3 ou 4 jours apprécié par tous les participants. Néanmoins, son organisation était finalement trop importante par rapport à toutes les autres contraintes déjà existantes et ils ont décidé de mettre un terme à cette formule.

Comme leur cerveau bouillonne en permanence, ils ont pensé à autre chose.

« La demande des trailers, constate Simon Accarier, est très forte pour les distances comme le 80 km et pour ceux qui ne sont pas pris, la solution est de doubler la marche avec le 160 km. Constatant qu’une partie des coureurs du 160 km ne semble pas totalement prête pour ce type de distance, nous avons décidé de proposer une longueur intermédiaire. Une sorte de tremplin entre le 80 et le 160 km. Nous rêvions aussi de faire découvrir les cirques des Pyrénées. C’était notre projet initial, que nous avions dû revoir à l’époque pour des raisons d’organisation. Aujourd’hui, avec l’expérience et le recul, nous sommes en mesure de proposer ce tracé et nous pensons que les coureurs vont vraiment adorer. »

Élément important cette année, Hugues, membre de l’organisation, a voulu faire connaître l’association Enfance-Adolescence et Diabète et la soutenir dans sa lutte contre cette maladie. Cette association sera présente à Vielle-Aure, au moment du retrait des dossards, pour donner des informations sur cette maladie. Elle recevra, de la part de l’organisation du GRP, 2 euro pour chaque coureur qui franchira la ligne d’arrivée et les bénéfices de la vente de 700 t-shirts défi de Hugues, correspondant aux 700 km cumulés qu’Hugues a parcouru en ce mois de juillet de Hendaye à Banuyls.

Guillaume Beauxis, team Salomon espoir, quatrième l’an passé du 80 km sera à nouveau au départ et occupe actuellement la quatrième place du Salomon Skyrunner France Series 2014. Guillaume qui habite à Gez-Argelès dans les Hautes-Pyrénées, compte sur cette étape « à domicile » pour monter sur le podium et pourquoi pas sur sa plus haute marche.

« Cette course sur mes terres d’entraînement me tient beaucoup à cœur, je donnerai le meilleur de moi-même. Après le 65 km de l’Ice Trail Tarentaise le 13 juillet, j’ai fait quinze jours tranquilles et je pense avoir bien récupéré. Je vais donc refaire un petit bloc avant le GRP mais la forme est là, je me sens bien et je suis plutôt confiant ! Cette course est très difficile, il y aura un gros niveau, il faut arriver avec beaucoup de fraîcheur. »

Le départ du 80 km sera donné le samedi 23 août à 5 heures à Vielle Aure. Les trailers monteront au col du Portet avant de basculer sur le secteur du Néouvielle et rejoindre par le col de Bastanet le refuge de Campana du Cloutou puis le hameau d’Artigues. Suivront la montée vers le col de Sencours et du Pic du Midi, le retour au col de Sencours et la descente au parking de Tournaboup afin de revenir dans la zone du Néouveille pour passer la Hourquette Nère et rejoindre le Col de Portet qui ramène à Vielle Aure.

« Cette année, constate Guillaume Beauxis, les organisateurs ont procédé à deux changements : le départ jusqu’au col du Portet et le passage à la Hourquette Nère au lieu du col de Barèges. Un parcours toujours aussi magnifique et exigeant. La grosse difficulté reste la montée au Pic du Midi mais la course est longue et il faut se battre jusqu’au bout. Mon passage préféré est le sentier en balcon surplombant le lac de l’Oule après le premier ravitaillement de Merlans jusqu’au col de Bastanet. »

Parmi les trailers annoncés par les organisateurs figurent sur le 80 km Véronique Chastel, team Hoka, Sandrine Prisse, Esclops d’Azun, Grégory Kiéné, team Lafuma France, Mickael Pasero, team New Balance, Guillaume Beauxis, team Salomon espoir…

Planning détaillé GRP 2014

Jeudi 21 Août
13 à 19 heures, retrait dossards et vérification sacs du 160 et du 120 km.
17 heures, conférence sports.
17 à 20 heures, dépose sacs 160 et 120 km.
17 h 30 mn, briefing 160 km Ultra.
18 à 20 heures, pasta-party 160 km Ultra.
18 h 15, briefing 120 km le Tour des Cirques.
19 à 21 heures, pasta-party 120 km.

Vendredi 22 Août
5 heures, départ 160 km Ultra.
7 à 8 heures, navettes d’acheminement pour le 120 km Tour des Cirques.
9 heures, départ 120 km de Piau Engaly.
13 à 19 heures, retrait dossards et vérification sacs 80 km Grand.
18 heures, briefing du Grand
19 à 21 heures, pasta-party du Grand.

Samedi 23 Août
A partir 1 heure premières arrivées du 120 km.
A partir 3 heures, premières arrivées du 160 km.
5 heures, départ du 80 km.
A partir 14 heures, premières arrivées du 80 km.

Dimanche 24 Août
7 heures, arrivée des derniers finishers.
10 à 12 heures, remise des récompenses.
12 à 15 heures, buffet de clôture du Grand Raid des Pyrénées.

Crédit photos Paul Vilcot www.photos-polo.com

http://www.grandraidpyrenees.com
http://www.skyrunnerfranceseries.com

Comments Pas de commentaire »

Matthias Mouchart

10 août trail Ubaye Salomon Matthias Mouchart et Gaël Reynaud engagés sur le 42 km

Dimanche 10 août, autour de Barcelonnette, 1500 trailers, nombre volontairement limité, souffleront les dix bougies du trail Ubaye Salomon. Le 23 et 42 km comptent pour le Challenge des trails courts et longs de Provence. Matthias Mouchart, 22 ans et Gaël Reynaud, 24 ans seront au départ du 42 km.

Matthias Mouchart, après 3 des 5 étapes, est le leader espoir du Salomon Skyrunner France Series. Gaël Reynaud, team Optisport Coaching Sportif, a remporté en juin le 85 km de la XL Race d’Annecy en deux étapes et s’est classé 7ème en juillet du 65 km de l’Ice Trail Tarentaise, étape des Skyrunner World Series catégorie Ultra.

Matthias Mouchart réside à Gap et vient de terminer ses études en décrochant une licence Administration Économique et Sociale. Avant le trail il a pratiqué plusieurs sports et en 2010 a terminé 12ème du championnat de France de duathlon et 14ème de celui de triathlon.

Matthias a toujours été attiré par la montagne. En triathlon, il aimait dans la section à vélo quand la route s’élevait et accédait à de beaux cols. Dans le cadre de sa préparation hivernale il avait participé à deux reprises au trail blanc de Serre Chevalier.

« J’ai plutôt bien réussi et j’ai eu envie de voir ce dont j’étais capable sur un terrain sans neige. Quand j’ai ressenti le besoin de passer à autre chose, je me suis tout naturellement tourné vers le trail. J’apprécie beaucoup son côté liberté. On peut tout le temps changer de terrain de jeu, la montagne est infinie et je me sens totalement épanoui grâce à cette discipline. »

Premier trail hors neige pour Matthias, le 26 km du Ventoux en mars 2013, avec à la clé une 21ème place au scratch et 2ème en espoir. Même si l’UTMB ou la Diagonale des Fous le font rêver, il préfère actuellement la distance marathon, les profils bien montagneux et les terrains boueux et glissants.

« J’essaye d’aborder les courses le plus sereinement possible, même si suivant l’enjeu le facteur stress est à gérer. Le plus important pour moi reste de loin, le plaisir de courir en découvrant de nouveaux paysages. Mon point fort est mon moral. Il ne me fait jamais défaut et m’a souvent permis d’aller chercher des résultats inespérés. Je pense que je suis un trailer complet et un bon descendeur, même si je dois encore me perfectionner sur les tracés très techniques et aériens. Il me reste beaucoup à apprendre et j’ai encore pas mal de points à corriger. »

En période scolaire ou de travail estival, Matthias s’entraîne 5 à 6 fois par semaine pour un total de 8 à 10 heures et lors des vacances, ses séances d’entraînement s’élèvent à 10 avec un nombre d’heures entre 18 et 20.

« Je me laisse le plus souvent guider par mes sensations. La semaine je fais du plus court, de la vitesse et le week-end du volume. Si je suis bien, je cours plus longtemps et plus vite, si je suis fatigué je ralenti pour mieux repartir les jours qui suivent. J’ai la chance de pouvoir partager mon sport avec mon entourage. Je m’entraîne assez souvent avec mon père en vélo et en course à pied, avec mon frère en course à pied et avec ma copine en natation et randonnées. Sur le bord des sentiers ma mère et ma sœur sont mes plus fidèles fans, peu importe la météo je sais qu’elles seront toujours là pour m’encourager. »

A quelques jours du trail Ubaye Salomon, qu’il n’a jamais disputé, Matthias affiche une assez bonne forme et semble avoir récupéré de son enchaînement Marathon du Mont-Blanc et Altispeed.

« Mon objectif principal sera comme toujours de prendre un maximum de plaisir du début à la fin. Le résultat se dessinera au fur à mesure de la course et suivant les jambes du moment. Bien sûr je vais donner le meilleur de moi-même pour espérer la meilleure place possible. Fin juillet j’ai eu la chance de pouvoir reconnaître le 42 km et j’ai été très surpris  par la beauté des paysages rencontrés et la difficulté du tracé. Les ascensions sont concentrées en une petite vingtaine de kilomètres et on termine en beauté par la montée du chapeau de Gendarme, qui est difficile, aérienne et technique. Le maître mot le 10 août sera gestion. Un départ trop rapide et la fin du parcours deviendrait un calvaire. J’espère me régaler, j’ai hâte d’être au départ. »

Gaël Reynaud, à la différence de Matthias Mouchart a déjà couru en 2010 le 42 km du trail Ubaye Salomon. C’était sa première expérience sur cette distance. Il habite à Val des Prés et exerce le métier de cuisinier. En dehors du trail il s’adonne aussi à d’autres sports de montagne : Vtt, escalade, ski de rando et skating.

Le premier trail de Gaël, remonte à 2005 sur la Die col du Rousset. Afin d’imiter les autres membres de sa famille qui étaient engagés, il s’est contenté, ainsi que son cousin, pour cause de trop jeune âge, d’un dossard randonneur. «  On n’avait pas le look trailer, avec des baskets de gymnase, un survêtement trois-quarts et un t-shirt coton noir. Pas de sac ni gourde, à l’arrache complet. L’un de mes meilleurs souvenir de course à pied ! »

Gaël aime toutes les distances, mais préfère courir plusieurs heures en montagne plutôt que de faire du fractionné en bas de vallée. Les parcours de crêtes l’attirent au plus haut point, mais également les traces en forêt pas trop techniques, qui permettent de prendre un maximum de vitesse.

« Le plaisir d’être en montagne est mon moteur principal, mais je dois dire qu’on se prend vite au jeu de vouloir mieux faire. J’aime la sensation d’avoir tout donné. Au départ d’un trail je redoute la fatigue. Avec mon boulot, j’ai très souvent du mal à récupérer, surtout pendant l’été et j’ai parfois des gros coup de mou. J’affectionne particulièrement la descente. Je pars souvent prudemment et suis plutôt constant. Je pense que je peux encore m’améliorer dans tous les domaines, mais là où j’ai le plus de marge, ça doit être sur le plat. J’apprécie énormément l’ambiance dans les trails. Petites courses de village ou grandes épreuves internationales, tout le monde se côtoie. Un trail est également pour moi, l’occasion de retrouver ma famille et mes amis. »

Le 10 août autour de Barcelonnette, Gaël devrait logiquement profiter de ses très nombreux kilomètres effectués depuis le début d’année, qui lui ont permis de réussir pleinement l’’Ice trail Tarentaise.

« Je vais essayer de terminer au mieux et de prendre comme d’habitude beaucoup de plaisir avec les copains. »

Outre Matthias Mouchart et Gaël Reynaud, de grosses pointures sont annoncées sur les trois autres distances. Devraient être au départ du 42 km : Sylvaine Cussot et Manu Gault, team Asics, Renaud Castiglioni et Ludovic Pommeret, team Altecsport, Greg Vollet, Salomon, Florian Mairy, team Salomon Espoir…

Programme et tracés

Samedi 9 août
9 heures sur le front de pistes de Pra Loup trail Ubaye Salomon kid. Un mini trail de 0,5 à 2 kilomètres, ouvert aux enfants de 6 à 15 ans. Office de tourisme Pra Loup Tél 04 92 84 10 04.
A partir de 10 heures, place Manuel à Barcelonnette stands partenaires, infos trail, randonnée et sur les activités entre ciel, terre et eau, qui se pratiquent dans la Vallée de l’Ubaye, paradis de l’outdoor.
15 à 19 heures, remise des dossards.

Dimanche 10 août
6 à 8 heures, remise des dossards.
8 heures, départ du Lan Élite, un trail marathon en pleine montagne de 42 kilomètres et 2500 mètres de dénivelé positif sur fond de paysages magnifiques. Quatre cols de montagne et le chapeau de Gendarme à gravir.
9 heures, départ de la Méa Découverte, un tracé montagnard ludique, agréable et sportif de 23 kilomètres et 1000 mètres de dénivelé positif, pour celles et ceux qui privilégient les distances plus courtes ou qui découvrent le trail.
9h 10 mn, départ du Brec Open, un parcours facile et agréable de 12 kilomètres et 600 mètres de dénivelé positif ouvert aux cadets, juniors, espoirs, seniors et vétérans.
9 h 10, départ des Alaris, 12 kilomètres randonneurs, avec ravitaillements, mais sans chronométrage. Toutes les catégories d’âge sont acceptées.
9 heures, ouverture des stands au parc de la Sapinière.
Arrivée des premiers coureurs Open, 10 h 05, Découverte, 10 h 50, Élite, 11 h 50.
12 heures, service des repas jusqu’à l’arrivée des derniers coureurs.
16 h 30, remise des prix.


http://www.trailubayesalomon.com

Crédit photos Robert Goin

Comments Pas de commentaire »

Trail des Moulins La Rosière

La 1ère édition du Trail des Moulins à la Rosière 1850 (Savoie) à la frontière italienne a eu dimanche 20 juillet.

2 parcours étaient au programme :  “Le Trail des Moulins”, 21 km avec un dénivelé de +1450m, sur chemins alpins, au cœur du territoire de la Rosière, au pied du Col du Petit Saint Bernard. Et “La Moulinette”, un 14 km avec +650m de dénivelé, tout aussi joli, mais pour les moins entrainés.

Malgré la pluie,  108 participants pour le Trail des Moulins 21 km et 78 participants pour la Moulinette 14 km.

Les retours des trailers sont unanimes : les parcours sont magnifiques, la vue également (malgré le mauvais temps) : de belle perspectives pour 2015 !

Crédit photo :  propaganda73.com

Les résultats des 2 courses du Trail des Moulins

Comments Pas de commentaire »

Emelie Forsberg

65 km Ice Trail Tarentaise victoires d’Emelie Forsberg et François D’Haene

Dimanche 13 juillet, Val d’Isère a accueilli la troisième édition de l’Ice Trail Tarentaise Mizuno organisée par l’association Trailers Pays de Savoie. Le 65 km était le support de la deuxième étape des Skyrunner World Series catégorie Ultra et de la troisième étape homme du Salomon Skyrunner France Series. Le 32 km compte pour le classement femme et espoir de ce circuit national.

Les conditions météorologiques sont restées correctes avec un peu de soleil parfois caché par des nuages ou du brouillard, mais pas de précipitation. Les tracés initialement prévus ont été maintenus avec seulement quelques dizaines de mètres d’altitude en moins sur le sommet de la Grande Motte et de l’Aiguille Pers.

Le 65 km a été remporté par Emelie Forsberg et François D’Haene, tous deux du team Salomon. Le 27 juin à Chamonix, la Suédoise a été sacrée lauréate du 80 km des Skyrunning World Championships et François D’Haene a pris la deuxième place derrière Luis-Alberto-Hernando Alzaga. A Val d’Isère l’Espagnol a fait jeu égal avec François D’Haene sur la première partie de la course avant d’être distancé et d’abandonner.

Emelie Forsberg première à Val Claret avec une courte avance sur Maud Gobert, avait déjà creusé un écart sur la Savoyarde autour de 8 mn à la Grande Motte. Au final la Suédoise gagne avec plus de 17 mn sur Alessandra Carlini qui ne précède Maud Gobert, team Adidas, que de quelques secondes.

« On a couru ensemble à partir du km 20 et Alessandra m’a proposé que l’on termine ex aequo. Suite à un quiproquo il y a un petit décalage à l’arrivée. Deuxième ou troisième, je suis très heureuse de ce résultat qui s’ajoute à ma quatrième place sur le 80 km de Chamonix. La forme est présente, je me sens bien sur ces types de format et de profil et suis heureuse en montagne. »

La Haut-Alpine Delphine Roux, Ski Club Queyras, décroche la deuxième place chez les Françaises et la cinquième du classement général.

François d'Haene

Sur le 65 kilomètres de l’ITT, François D’Haene, Luis-Alberto-Hernando Alzaga et Tom Owens sont passés en tête au premier point de contrôle situé à Val Claret km 10, ainsi qu’à ceux de la Grande Motte, km 19,9, du col de Fresse, km 25,9 km et refuge du Fond des Fours km 41,9. Fabien Antolinos est alors quatrième à environ 9 mn des trois leaders.

Dans la montée vers le col des Fours, km 50,9, François D’Haene prend seul le large. A l’Aiguille Pers, km 52, 3294 m d’altitude, il compte 14 mn d’avance sur Luis-Alberto-Hernando Alzaga, qui a ensuite abandonné et 21 mn sur Fabien Antolinos.

« On est parti très vite, constate François D’Haene, on s’est retrouvé à trois et aucun de nous a pu parfaitement gérer ses efforts. Chacun jouait la première place. J’ai accéléré dans le col des Fours et Luis et Tom n’ont pas réussi à me suivre. J’ai continué sur le même rythme jusqu’à l’Aiguille Pers. Grâce à mon avance j’ai profité pleinement de la dernière descente vers Val d’Isère. »

A l’arrivée François D’Haene devance Fabien Antolinos de 18 mn et Tom Owens de 24 mn. Trois autres Français se hissent dans le top 10 : Gaël Reynaud,
Guillaume Beauxis et Grégory Doucende. Cette victoire est pour François D’Haene la première sur une étape des Skyrunner World Series catégorie Ultra. Cette saison il a franchi un nouvel échelon grâce à plusieurs facteurs dont davantage d’expérience et une meilleure planification et gestion de sa récupération.

Sur le 32 km, Christel Dewalle est victorieuse Déjà seule devant au refuge du Fond des Fours, elle a creusé ensuite progressivement les écarts avec Aurélia Truel et Séverine Bovero, deuxième et troisième à l’arrivée. Virginie Covignon finit quatrième, est occupe désormais la première place du classement provisoire du Salomon Skyrunner France Series.

La veille à Gap Christel Dewalle, team Adidas, s’était classée 11ème et première Française du 8,15 km du championnat d’Europe de courses en montagne

« Je suis contente de ma victoire à Val d’Isère et de mon résultat à Gap où je n’étais pas très à l’aise dans les descentes. Entre ces deux compétitions la nuit a été courte et au fil des kilomètres j’ai ressenti des courbatures de plus en plus grandes aux fesses et aux jambes. J’ai serré les dents dans la dernière descente sur Val d’Isère. »

Sur la même distance, Michel Rabat est premier, Nicolas Pianet et Alexis Traub complètent le podium. Ces trois trailers pouvaient encore l’emporter au passage du col de l’Iséran et c’est dans l’ultime descente vers Val d’Isère que tout s’est joué. Matthias Mouchart, 22 ans, cinquième au scratch, se classe premier de la catégorie espoir. Une performance qui lui permet de renforcer sa place de leader espoir sur le Salomon Skyrunner France Series.

« Ce circuit constitue mon gros objectif de ma saison. Attiré depuis longtemps par la montagne, je me suis immédiatement pris au jeu du trail après avoir pratiqué auparavant le triathlon à un niveau national. Mon passé de triathlète m’a permis d’acquérir une bonne vitesse de base que j’ai réussi à bien retranscrire en montagne. Ce 32 km est ma plus belle et plus difficile course de ma vie. Je suis très content. J’ai bien géré en accélérant au fur et à mesure grâce à de super jambes. Seul petit bémol quelques crampes d’estomac vers le 22ème kilomètre. »

Le Gapençais du team Tecnica, a débuté en trail en 2013.

Les tops 10 et 5

65 km

Dames
1 Emelie Forsberg, team Salomon Suède, 09:24:09.
2 Alessandra Carlini, team Agisko Italie, 09:41:16.
3 Maud Gobert, team Adidas-UAM Saint-Jean-de-Maurienne 09:41:22.
4 Nuria Domínguez-Azpeleta, Xraid Espagne, 09:56:39.
5 Delphine Roux, Ski Club Queyras, 10:09:09.
.
Hommes
1 François D’Haene, team Salomon France, 07:37:09.
2 Fabien Antolinos, Terre de Running, 07:55:20.
3 Tom Owens, team Salomon Royaume-Uni, 08:01:05.
4 Fulvio Dapit, team Crazy La Sportiva Italie, 08:05:08 .
5 Manuel Merillas, team Mammut Espagne, 08:07:45.
6 Travis Macy, Vitargo / Hoka One One Etats-Unis, 08:13:13.
7 Gaël Reynaud, team Optisport, 08:15:10.
8 Guillaume Beauxis, team Salomon France Espoir, 08:22:16.
9 Jordi Bes-Ginesta, Catalan Equipe Espagne, 08:28:49.
10 Grégory Doucende, team Altitude Font-Romeu, 08:34:48.

32 km

Dames
1 Christel Dewalle, team Adidas, 03:49:28.
2 Aurélia Truel, team Mizuno, 03:59:40.
3 Séverine Bovero, team terre de Running-Mizuno, 04:13:37.
4 Adèle Milloz, team Ravanel And Co, 04:16:46.
5 Virginie Govignon, team Race Land Andorre, 04:17:21.

Hommes.
1 Michel Rabat, HVA team La Sportiva 66320, 03:16:54.
2 Nicolas Pianet, team Terre de Running-Mizuno, 03:20:08.
3 Alexis Traub, team Scott-Odlo-Led Lenser, 03:22:41.
4 Nicolas Hairon, Dauphiné Ski Alpinisme, 03:22:53.
5 Matthias Mouchart, team Tecnica, 03:25:20.

http://www.icetrailtarentaise.fr

http://www.skyrunnerfranceseries.com

Photos Damien Rosso www.droz-photo.com

Comments Un commentaire »

Michel Lanne

Les 27 et 29 juin à Chamonix, trois des épreuves du Marathon du Mont-Blanc ont attribué les 6 titres et 12 podiums des Skyrunning World Championships 2014 et rassemblé un des plus beaux plateaux international de l’histoire des trails.

Vendredi un soleil généreux a éclairé les trailers sur le 80 km et Km Vertical. Dimanche la pluie a copieusement arrosé ceux du 42 km et contraint les organisateurs à utiliser un parcours de repli.

Kilian Jornet, Salomon Espagne, déjà vainqueur deux jours avant du Km Vertical, a récidivé sur le 42 km ajoutant deux nouveaux titres à son impressionnant palmarès. Michel Lanne, Salomon France, termine deuxième à un peu plus de deux minutes. Thomas Owens, Salomon Royaume Uni, prend la troisième place. Greg Vollet, deuxième Français, est dixième.

Chez les dames la lutte a été intense et les écarts sont serrés. l’Italienne Elisa Desco, Scott /Agisko devance les Américaines Megan Kimmel, Asics et Stevie Kremer, team Salomon. Anne-Lise Rousset, Race Land, meilleure Française est septième.

Michel Lanne vice-champion du monde 42 km Skyrunning 2014 propose à chaud son journal de course.

Accrocher le bon wagon

Dimanche 29 juin, 7 heures, le départ du 42 km du Marathon du Mont-Blanc est salué par une forte pluie. La température est plutôt froide et les hauts sommets du massif du Mont-Blanc sont saupoudrés, suite à la neige fraîche tombée dans la nuit. Dès les premiers mètres, le tempo est très rapide. Je me place dans les 5 premiers, car j’ai à cœur d’accrocher le bon wagon dès le début de course. Nous constituons rapidement un groupe de 7 coureurs dont Kilian, Saïd Ait Malek, Marc Lauenstein, Tom Owens, Aritz Egea, un Japonais et moi-même. Le rythme reste soutenu jusqu’à Vallorcine mais cela me convient bien.

La chasse commence

A la sortie du ravitaillement de Vallorcine, je sais que la bagarre va commencer dès les premiers mètres de la montée vers le Col des Posettes. Kilian porte une attaque, j’essaye de le suivre un petit instant avant de le laisser partir pour ne pas me mettre dans le rouge. Notre groupe explose et la chasse commence.
Au col des Posettes, un fort vent glacial et la pluie nous accueillent. J’évolue alors en quatrième position et profite de la descente pour bien accélérer et éviter de me refroidir.

Ne pas exploser avant la Flégère

A Tré-le-Champ, je reviens en tête aux côtés de Kilian. Je suis très surpris et heureux mais je ne m’emballe pas pour autant ! Kilian est très fort aujourd’hui et il serait difficile, voire risqué, de vouloir jouer la gagne avec lui dans la montée vers la Flégère. Il y place une grosse attaque et je ne parviens pas à le suivre. Je poursuis ma course sur un rythme très soutenu, mais en gardant toujours des forces pour ne pas exploser avant la Flégère. Je sais que Tom Owens, Said et Aritz ne sont pas loin derrière et que la moindre faiblesse me ferait immédiatement rétrograder au classement et quitter le podium. Mais malgré cette pression, je prends un plaisir immense à courir sur cette partie du parcours.

Je savoure le dernier kilomètre comme jamais

Avant la Flégère, j’aperçois Kilian environ 3 minutes devant moi. Derrière, trois coureurs sont à 30 secondes environ. Mais j’ai gardé assez de force pour amorcer la dernière descente sur Chamonix à vive allure et ainsi contenir le retour de Tom Owens. Ce n’est qu’en entrant dans Chamonix que je réalise vraiment que je vais devenir vice champion du monde de Skyrunning derrière la légende Kilian. Quel bonheur, quel instant magique. Je savoure le dernier kilomètre comme jamais. Je me souviendrai toute ma vie de ce moment et du plaisir que j’ai ressenti, une fois la ligne d’arrivée franchie, en partageant ma course avec ma femme, ma petite fille et mes proches.

Encouragé et littéralement porté.

Ce 29 juin, j’ai vécu une journée de course idéale. Dès les premiers kilomètres, j’ai senti que les jambes répondaient bien, que j’étais frais et qu’il y avait quelque chose à jouer. Mais surtout, j’étais très fier de courir quasiment « à domicile » sur ce championnat du monde. C’est une chance énorme et un sacré avantage d’être chez soi. Tout au long du parcours, les gens m’ont encouragé et littéralement porté. Grâce à eux, j’ai tout donné pour aller chercher cette deuxième place. Je remercie de tout mon cœur toutes ces personnes qui ont bravé la pluie et le froid pour venir nous soutenir.

Le gros objectif de ma saison

Ce championnat du monde était le gros objectif de ma saison. Je voulais vraiment faire quelque chose, mais dans mes rêves les plus fous, je visais un top cinq au mieux. Aujourd’hui, je suis certainement le trailer le plus heureux au monde ! Vice champion du monde, je n’avais même pas osé l’imaginer ! Mais depuis vendredi et le titre de Vice champion du monde de mon pote François D’Haene sur le 80 km, j’étais tellement heureux pour lui que sa performance m’a donné des ailes. Le bilan de ce week-end est exceptionnel : François et moi, deux fois deuxièmes ! Chris Malardé notre entraîneur et Jean-Mi Faure-Vincent notre manager doivent être contents de nous, je pense.

Une belle fête du trail

Je tiens également à remercier le Club des Sports de Chamonix, l’ensemble des bénévoles présents sur la course et je félicite la Fédération Internationale de Skyrunning qui nous a proposé un championnat du monde d’une qualité remarquable. Et un grand bravo à tous les coureurs présents sur l’ensemble des épreuves du Marathon du Mont-Blanc. C’était tout simplement une belle fête du trail et chacun d’eux y a contribué !

Les podiums Skyrunning World Championships 2014

80 km
Dames

  1. Tina-Emelie Forsberg, Suède, Salomon, 12:38:49.
  2. Anna Frost, Nouvelle-Zélande, Salomon, 12:46:52.
  3. Magdalena Laczak, Pologne, Salomon Suunto, 12:58:51.

Hommes

  1. Luis-Alberto Hernando, Espagne, Adidas, 10:25:52.
  2. Francois D’Haene, France, Salomon,10:29:33.
  3. Ben Duffus, Australie, Australia and New Zealand Skyrunning Association, 10:52:33.

KM Vertical
Dames

  1. Laura Orgue-Vila, Espagne, FEDME, 00:41:29.
  2. Stevie Kremer, Etats-Unis, Salomon, 00:41:37.
  3. Christel Dewalle, France, Adidas, 00:41:50.

Hommes

  1. Kilian Jornet, Espagne Salomon, 00:34:18.
  2. Bernard Dematteis, Italie, A.S.D. Podistica Valle Varaita, 00:34:36.
  3. Urban Zemmer, Italie, La Sportiva, 00:34:37.

42 km
Dames

  1. Elisa Desco, Italie, Scott /Agisko, 03:53:33.
  2. Megan Kimmel, Etats-Unis, Asics, 03:54:51.
  3. Stevie Kremer, Etats-Unis, Salomon, 03:55:36.

Hommes

  1. Kilian Jornet, Espagne, Salomon, 03:23:39.
  2. Michel Lanne, France, Salomon, 03:25:50.
  3. Thomas Owens, Royaume-Uni, Salomon, 03:26:20.

http://www.montblancmarathon.net

Crédit Damien Rosso / http://www.droz-photo.com

Comments Pas de commentaire »

Ice Trail Tarentaise Mizuno Christel Dewalle et François D’Haene deux ambassadeurs qui courent vite et longtemps

Dimanche 13 juillet, troisième édition de l’ITT, Ice Trail Tarentaise Mizuno, plus haut trail d’Europe avec un circuit en boucle autour de Val d’Isère long de 65 kilomètres, un dénivelé positif de 5000 mètres et l’ascension de la Grande Motte jusqu’à 3653 mètres d’altitude. Autres courses au programme : le 32 km de l’Altispeed et ses 2500 m de dénivelé positif, le trail jeunes, 1,5 km pour les 7 à 11 ans et 2,5 km 12 à 15 ans, la Montagnarde, randonnée marche de 12.5 km et 1400 m de dénivelé positif.

Le 65 km est retenu comme deuxième étape des Skyrunner World Series catégorie Ultra et troisième étape homme du Salomon Skyrunner France Series. Le 32 km compte pour le classement femme et espoir de ce circuit national.

Christel Dewalle et François D’Haene sont les ambassadeurs de ITT. Ils ont terminé deuxièmes l’année dernière du 65 km derrière Emelie Tina Forsberg et Kilian Jornet.

Christel Dewalle, team Adidas, a décroché le 27 juin la médaille de bronze au Km Vertical des Skyrunning World Championships 2014.

« Mon objectif à Val d’Isère est de me faire autant plaisir que l’an passé et on verra le résultat. Côté forme, j’ai bien récupéré du KV de Chamonix mais ayant souffert d’une hypothermie le 29 juin lors du marathon du Mont-Blanc, je me suis sentie affaiblie pendant deux jours. Grâce au suivi de Jean-Louis Bal, j’ai respecté des jours de repos et fait des randonnées tranquilles pour récupérer et poursuivre mes entraînements. La veille de l’ITT, je participerai aux championnats d’Europe de course de montagne à Gap et je ne sais pas encore si je prendrai le départ de l’ITT ou Altispeed. J’ai une préférence pout l’ITT car ce trail exigeant et montagnard me tient particulièrement à cœur. L’ascension du glacier de la Grande Motte reste indéniablement mon plus beau souvenir en course. Le passage au sommet avec le soleil levant est magique avec la proximité de la haute montagne et le calme qui y règne. Son parcours alpin et sa grande beauté font de l’ITT une course exceptionnelle mais il ne faut pas oublier qu’elle comporte aussi de grandes difficultés. L’altitude est à prendre en compte ainsi que les conditions météorologiques. »

François D’Haene, team Salomon, a pris le 27 juin la deuxième place du 80 km du Mont-Blanc, support des Skyrunning World Championships 2014.

« L’ITT est une course de ma saison que j’apprécie particulièrement. De part sa distance, sa technicité et son environnement elle me procure beaucoup de plaisir et d’intensité. Cette année j’avais aussi à cœur d’être présent au 80 km du championnat du monde à Chamonix. Je vais arriver un peu moins frais qu’en 2013 mais je ferai du mieux que je peux pour jouer avec la tête de course. L’ITT est un parcours assez exigeant de part sa longueur, altitude et dénivelé. Faire plus de 60 km en montagne n’est jamais évident et ce d’autant plus ici avec les nombreuses portions enneigées. La course démarre à 1800 m et se déroule encore plus haut. Nous passons même au sommet de la Grande Motte et au dessus de l’Iseran plusieurs fois à plus de 3000 m. Il faut donc bien s’écouter et voir comment répond son corps avec l’altitude. Comme beaucoup de trails en montagne l’ITT se caractérise par un fort dénivelé positif et négatif. Il faut donc apprendre à s’économiser pour enchaîner au mieux les diverses difficultés. »

Depuis le 80 km du Mont-Blanc, François D’Haene s’est reposé et a fait quelques tests à Chamonix pour Salomon. Ensuite il a travaillé dans ses vignes et terminé le 5 juillet à Font-Romeu, premier ex aequo du 45 km de la Kilian’s Classik avec Tom Owens et Greg Vollet.

L’association Trailers Pays de Savoie est l’organisatrice de l’Ice Trail Tarentaise Mizuno. Son président Laurent Vinner fait le point à quelques jours du départ

«L’édition 2014 se présente bien puisque nous allons jouer à guichets fermés. Le grand parcours est complet depuis janvier et l’Altispeed depuis fin avril. Le caractère engagé du tracé et la traversée du Parc National de la Vanoise nous obligent à limiter le nombre de participants à 1000 concurrents au total. Je ne suis pas surpris par l’engouement des trailers pour l’ITT puisque c’est vraiment une course à part dans le calendrier trail international. Une belle occasion pour l’élite de se réunir et d’en découdre sur un parcours qui met particulièrement en valeur les qualités physiques et mentales des athlètes. Les meilleurs pourront ainsi obtenir un podium de prestige. Pour les coureurs du peloton, c’est la réalisation d’un véritable exploit sportif où le tee-shirt finisher prend tout son sens ! C’est également un défi pour l’organisation. En amont, une semaine de préparation intense avec une équipe d’une vingtaine de personnes est nécessaire pour tracer et équiper le parcours afin de permettre aux coureurs de fouler le sommet de la Grande Motte à 3653 m d’altitude. L’enneigement sur le tracé est sensiblement inférieur à l’année dernière. Techniquement, il n’est pas un frein à sa faisabilité, 70% était enneigé en 2013, mais c’est incontestablement du travail en plus pour l’organisation. Par ailleurs, il est préférable d’avoir un bon enneigement sur le glacier de la Grande Motte pour faciliter l’ascension du sommet. »

Sur le 65 km, on peut citer parmi les grosses pointures annoncées par les organisateurs : Francesca Canepa, Caroline Chaverot, Christel Dewalle, Nuria Dominguez-Azpeleta, Stéphanie Duc, Emelie Forsberg, Azara Garcia, Maud Gobert… Fabien Antolinos, Guillaume Beauxis, Javier Bodas Rodriguez, Marc Casal Mir Fulvio Dapit, Alexandre Daum, François D’Haene, Jordi Bes Ginesta, Luis Alberto Hernando Alzaga, Tom Owens, Pau Bartolo Roca, Vincent Viet, Caine Warburton…

Le plateau du 32 km est également relevé avec par exemple : Séverine Bovéro, Virginie Govignon, Anne Lise Rousset, Aurélia Truel… Yann Alarcon, Stéphane Celle, Sylvain Couchaud, Emmanuel David, Sébastien Hours, Florian Mairy, Mathieu Martinez, Adrien Michaud, Cyril Mulot, Nicolas Pianet, Adrien Piccot, Jérémy Pignard, Michel Rabat, Alexis Traub…

Podium Salomon Skyrunner France Series après deux étapes

Dames
1 Rousset Anne-Lise / Team Land.
2 Benedicto Juliette / Team Salomon.
3 Govignon Virginie / Team Land.

Hommes
1 Lanne Michel / Team Salomon.
2 Martin Nicolas / Team Sygvaris.
3 Perrignon Arnaud / Team Asics.

Espoirs
1 Mouchart Matthias.
2 Michallet Thomas.
3 Bernard Damien.

Crédit photos : www.photossports.com

Contacts

http://www.icetrailtarentaise.fr

http://www.skyrunnerfranceseries.com

Comments Un commentaire »

Kilian Jornet premier Zegama 2014

Ce dimanche 25 mai dans le pays Basque Espagnol, les meilleurs traileurs mondiaux étaient au départ de la 14ème édition du marathon de Zegama-Aizkorri, étape d’ouverture du Sky Runner World Series. Au parcours très technique s’est ajouté un terrain glissant et boueux, mais il en aurait fallu beaucoup plus pour freiner l’ardeur des traileurs soutenue par un public très nombreux et enthousiaste. Stevie Kremer, team Salomon, a devancé Elisa Desco, et Maite Mayora.

Kilian Jornet, team Salomon, a éclaboussé de son talent ce marathon en le remportant pour la cinquième année consécutive après déjà deux victoires antérieures et en améliorant de presque 6 minutes le record de l’épreuve établi en 2005 par Rob Jebb. En 2013 Kilian avait terminé à 10 secondes du record. Marco De Gasperi, team Scott et Luis Alberto Hernando, team Adidas, complètent le podium.

Michel Lanne, team Salomon, décroche la sixième place.

« J’ai effectué une première partie du parcours à un rythme rapide, afin d’être placé, avant de temporiser un moment et de courir à fond les quinze derniers kilomètres. Je me suis senti très bien physiquement, avec des sensations superbes sur fond d’ambiance de folie qui m’a parfois donné des frissons. A l’arrivée je constate que les quatre premiers ont battu le record, signe évident que le niveau a encore augmenté cette saison. J’ai amélioré de près de 9 minutes mon temps de 2012, année où j’avais pris la quatrième place. Je ne peux qu’être satisfait de mon résultat et d’avoir réussi à boucler la course en moins de 4 heures, un chrono que je n’osais pas imaginer. »

La progression de Michel Lanne est impressionnante : un peu plus de trois ans après avoir débuté en trail, il fait depuis l’an passé partie des grosses pointures internationales.

« Je pense que ma passion de la course à pied et un entraînement assidu font partie de mes atouts. J’ai la chance aussi d’être soutenu par mon épouse et ma famille, de bénéficier d’un super entraîneur : Christophe Malardé et du soutien permanent de Jean-Michel Faure-Vincent, mon team manager. »

Michel Lanne est également heureux de la victoire de Kilian Jornet.

« C’est un coureur hors norme, qui malgré son palmarès exceptionnel reste très accessible et simple. Sa gestion des entraînements et préparation des courses est un modèle. Il est toujours au top lors de ses grands rendez-vous. »

Dans l’immédiat Michel Lanne va essayer de récupérer avant de préparer son prochain gros rendez-vous : le 80 km du Mont-Blanc, le 27 juin à Chamonix, l’une des trois épreuves du Skyrunning World Championships avec le Mont-Blanc Vertical KM et le Mont-Blanc Marathon.

Top 5 et 10 marathon Zegama-Aizkorri 2014

Dames

  1. Stevie Kremer, Etats-Unis, team Salomon, 4 h 46 mn 43 s.
  2. Elisa Desco, Italie, team Scott, 4 h 50 mn 20 s.
  3. Maite Mayora, Espagne, team La Sportiva, 4 h 51 mn 47 s.
  4. Emelie Forsberg, Suède, team Salomon, 4 h 52 mn 12 s.
  5. Kasie Enman, Etats-Unis, team Salomon, 4 h 53 mn 33 s.

Hommes

  1. Kilian Jornet, Espagne, team Salomon, 3 h 48 mn 38 s.
  2. Marco De Gasperi, Italie, team Scott, 3 h 50 mn 38 s.
  3. Luis Alberto Hernando, Espagne, team Adidas, 3 h 50 mn 57 s.
  4. Ionut Zinca, Roumanie, 3 h 53 mn 14 s.
  5. Zaid Ait Malek, Maroc, Buff pro team, 3 h 55 mn 6 s.
  6. Michel Lanne, France, team Salomon, 3 h 57 mn 27 s.
  7. Manuel Merillas, Espagne, 3 h 58 mn 9 s.
  8. Jokin Lizeaga, Espagne, 3 h 59 mn 11 s.
  9. Tadei Pivk, Italie, team Scott, 4 h 28 s.
  10. Aritz Egea, Espagne, 4 h 1 mn 4 s.


Contacts: http://www.zegama-aizkorri.com

Crédit photos : Jordi Saragossa.

Comments Pas de commentaire »